La Maison Lacube

11/20
 

1.0/5 1 avis

Site web
Voir les photos
  • +33 5 34 09 09 09
  • Voir le plan 3 place des Platanes
    09310 Les Cabannes
  • De 14,5 à 32

  • Horaires Fermé
    • Lu
    • Ma
    • Me
    • Je
    • Ve
    • Sa
    • Di
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • 12:00-14:00
    • Fermé
    • Fermé
    • 19:00-21:00
    • 19:00-21:00
    • 19:00-21:00
    • 19:00-21:00
    • Fermé

Vous avez mangé chez La Maison Lacube ? Partagez votre avis avec nous...

L'avis des gastronautes

1.0 / 5
thierry-pousse
posté le 31/07/2019 1.0 / 5

J’SUIS PAS DANS LA BÊTE. . . Sur les conseils professionnels du serveur, j’opte pour le menu à 20 Eur qui semble d’un bon rapport, ce qui se confirme avec la salade en entrée, parsemée de morceaux généreux d’une truite locale. Enfin, voila le plat de viande, ce pourquoi, en principe, on vient dans ces Cabanes. Deux épaisses tranches de rôti de bœuf froid, belles d’apparences tapissent le fond de l’assiette, accompagnées d’une couronne de frites bronzées, peut-être un peu trop grasses ; Peu importe, je suis ici, non pas pour les patanes, mais bien pour ce qui fait la réputation de la maison ; La viande. Mac’arel, qu’es aquo ?,,, Malgré une bonne qualité de coupe, le couteau à steak peine à œuvrer dans son va et vient… La puce à l’oreille et la fourchette en bouche, j’ai la confirmation qu’il me faudrait des dents d’Orlu pour venir à bout de ce bastaros. Quelle déception, dont je fais part à la pitchoune serveuse. Soudain, une ombre vient assombrir encore le tableau de mon assiette, bien plus que les platanes de la place. Lacube, au carré, yeux noirs, tee shirt noir, béret noir vissé, se précipite d’un pas lourd en rouméguant et en éclipsant la lumière. J’ai cru un instant avoir vu l’ours des Pyrénées . Son rugissement confirme presque mon doute ; « J’SUIS PAS DANS LA BÊTE ». Mais c’est bien sur, le touriste ignare que je suis aurait du savoir que les vaches libres de nos montagnes ne se nourrissent pas de Lacube, mais bien l’inverse. Théâtralement, voila que « l’animal » buffant, hurle à la porte de sa tanière, de préparer illico une nouvelle viande, glaçant malgré la chaleur, les clients en terrasse. Me voila servi cette fois, quelle surprise, d’un beau morceau de filet, cuit malheureusement à bisto de nas, que son cœur a encore en mémoire la température du frigo d’où il fut exfiltré d’un leste coup de griffe. Ce chaud froid est cette fois d’une tendreté extrême, presque un beurre de Rieucros, qu’il m’a rappelé le jour ou je suis tombé en panne avec ma vieille Taroille et que l’on m’a prêté une rutilante, Mercedes (avec la clim). Le graal était donc présent en ces lieux, caché, dans le noir certainement, dans les cuisines, ou même si le cuisinier n’est pas non plus « dans la bête », savait très bien, en découpant les tranches de rôti qu’elles n’intéresseraient même pas le mousseg d’un loup. Un conseil, soyez plus géométrique, M.Lacube, avec vos cuisines et arrondissez les angles avec les clients, tout touristes soient ils, ce ne sont pas de bestioulets moutons.