Découvrir les restaurants sélectionnés par Gault&Millau

Veuillez patienter...

Veuillez patienter...

Nom Catégories Toques Note

Mersea

53-57 rue de Grenelle - Beaupassage, 75007 Paris 7

Fruits de mer Burger Tapas

Au sein de ce Beaupassage annexé par quelques pointures de la gastronomie française (Alléno, Pic, Hermé...), Olivier Bellin (4 toques aux Glazicks à Plomodiern) s'occupe quant à lui d'apporter une forte touche iodée à cette enclave gourmande. Chez Mersea (il existe une autre adresse rive droite depuis 2016), le propos cherche à moderniser le poisson en le traitant par exemple sous la forme d'un burger, de fish and chips ou d'un très tendance lobster roll. C'est bon, c'est frais, les tarifs restent abordables (si on évite justement le lobster roll qui tape un peu au fond du porte-monnaie), le service est efficace et la cave ne manque pas de bonne idées, avec les Vignes de Rattier de chez Pellé ou le riesling Kottabe de chez Josmeyer.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
10 / 20

Le Poisson Rouge

Rte de la Jetée, 66660 Port Vendres

Fruits de mer

La vue sur le port et le dîner les pieds dans l'eau est un argument de poids, renforcé par une cuisine de poisson fraîchement pêché et vivement travaillé. Même si les tarifs correspondent à un lieu de forte attraction touristique, on ne regrette pas le moment passé avec le cari de maquereau ou le tataki de thon, qui reçoivent le même accompagnement.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
10 / 20

Le Bistrot des Dames

34 place aux Huiles, 13000 Marseille

Français Fruits de mer Méditerranéen Végétarien

Parfaitement situé et bien exposé sur la place aux Huiles, ce Bistrot moderne et consensuel attire la lumière et le tourisme. Cocktails et verres de vin accompagne un snacking d'aujourd'hui, couteaux en persillade, sardines, tomates burrata, risotto aux asperges, filet de daurade sauce vierge... Choix de vins régionaux sans surprise (Crémade, Tempier, Fontcreuse...).

Sélectionné par Gault&Millau Selection
10 / 20

L'Ecailler

Français Fruits de mer

Le point de ralliement de tous les Choletais en dette d'iode et d'embruns qui font parfois défaut au cœur des Mauges. Ce bistrot de la mer montre son efficacité par un service jeune et rapide qui laisse peu de place à la méditation, et l'on trouve ce que l'on vient chercher : un menu à 18,90 € bien expédié, avec le gaspacho tomate melon, le merlu aux petits légumes sauce curry et un crémeux ananas sorbet orange pas trop sucré. Courte cave à prix abordables.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
10 / 20

Le Tout du Cru

24 rue Thiers, 17000 La Rochelle

Français Fruits de mer Méditerranéen

Derrière la contrepèterie laborieuse, une enseigne réplique de l'exemplaire rétais qui propose plusieurs variétés d'huîtres (dont Papin, Hervé, Ancelin, Gillardeau...) et du direct de l'océan : araignée, couteaux en persillade, rillettes de maquereau et homard du vivier. Pas de surprise, de la fraîcheur, un bon service.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
18 / 20

Auberge des Glazicks

7 rue de la Plage, 29550 Plomodiern

Français Fruits de mer Cuisine d'auteur

Vents porteurs et mer calme ! 0livier Bellin nous a semblé au meilleur de sa forme, serein également ! Enraciné comme jamais, il reste le fier porte-drapeau de ce bout de Finistère gourmand entre terre et mer qui l’a vu naître et qui continue, encore et toujours à l’inspirer brillamment. Ce Finistère incarné par tous les pêcheurs, ostréiculteurs, maraîchers, éleveurs… dont il magnifie au quotidien les produits d’exception. Cuisinier véritablement identitaire, il trace inlassablement son sillon avec cette quête du point d’équilibre, d’osmose entre terre et mer où le cochon sous toute ses formes va à la rencontre de la langoustine, du homard de casier, du poisson de petit bateau… C’est parfois terriblement osé ! Mais cela marche ! On regarde tout là-haut le funambule sur son filin associer une langoustine XXL, nacrée, à une figue rôtie au lard, à une gremolata de langue de cochon et à des mûres charnues traitées façon pickles. Et le spectacle se poursuit avec un homard de casier admirable de cuisson que viennent relever un exquis boudin noir crémeux et une très, très fine tranche de tête de cochon quasi transparente. Le jus de carcasse est d'une intensité et d'une suavité parfaite. La gavotte (salée) apporte un léger croustillant et les œufs de homard traités façon esturgeon prolongent la dimension iodée du plat. Un mariage d’une justesse bluffante ! La pince est quant à elle traitée façon pot au feu du pays Léonard, au nord de Brest, le kig ha farz. Il faudrait encore citer le rouget de petit bateau en filets bien épais, saisis au beurre de foie ou bien encore cette fusion « marino-terrienne » sous forme d’un cèpe confit et d’une pâte de poisson séchée qu’un bouillon sublime en touche finale. Quant au dessert, un « feuille à feuille » aux pommes confites tout doucement, de longues heures, il confirme l’excellence du repas. Il convient bien sûr de saluer avec la même ferveur un service aimable et efficace à l’image d’un sommelier qui puise avec discernement dans une cave de plusieurs centaines de bouteilles dont de très nombreux flacons à des tarifs dont la modération est exemplaire et réjouissante ! Encore un mot sur « maman Bellin » que vous croiserez peut-être et qui nous rappelle que l’histoire des Glazicks est aussi celle d’un amour filial.