Découvrir les restaurants sélectionnés par Gault&Millau

Veuillez patienter...

Veuillez patienter...

Nom Catégories Toques Note
Sélectionné par Gault&Millau Selection

Au Gré du Vin

20 rue Péterinck, 59000 Lille

Dans une rue piétonne du vieux Lille, ce très charmant bar et cave à vin fait la promesse d'un moment chaleureux, en intérieur ou en terrasse, autour des bons produits du terroir et de vins choisis. Les vins nature ont ici la cote mais les propositions ne manquent pas, sur tout le pays. On accompagnera les bonnes quilles de jolies planches de charcuterie et de fromages. Prix justes.

Sélectionné par Gault&Millau Selection

Le Vanteaux

162 boulevard de Vanteaux, 87000 Limoges

Après 17 ans aux commandes de cet établissement, clap de fin pour Christophe Aubisse. Rassurez vous, il est toujours animé par sa passion et promet un retour prochain.

Wine More Time

8 rue Saint-James, 33000 Bordeaux

Tapas

Un bar à vins bien pourvu et qui attire le monde près de la place Lafargue. Les grandes assiettes sont variées, façon salade, fromage et charcuterie pour accompagner la vingtaine de vins au verre proposés chaque semaine.

Sélectionné par Gault&Millau Selection

Georges Blanc

Place du Marché, 1540 Vonnas

Français

De nos dix académiciens, Georges Blanc, s'il n'est pas le doyen, est peut-être le plus actif dans son métier à choix multiples, cuisinier, restaurateur, hôtelier, entrepreneur, créateur de bonheur, promoteur de sa région. L'année ne se passe pas sans de nouvelles initiatives, un bistrot ouvert ici, une vente là, un nouveau château-hôtel dans le Monopoly entre Bresse, Bourgogne et Lyon, sur une zone qui dépasse largement le village familial initial. Une constante qui a fait aussi la réussite peu commune d'un homme, c'est une recherche constante, par segments, d'une qualité optimale. Dans ce qui reste le vaisseau amiral, cette magnifique maison des bords de la Vesle, les visiteurs du monde entier continuent d'être éblouis, et à juste titre, par ce fleuron de la restauration française. L'accès à la salle en passant devant toute la brigade affairée est une première mise en bouche. Annonçant un ballet impeccablement réglé, un service pléthorique tendu vers l'objectif de faire plaisir, et délivrant des assiettes qui, comme la maison, sont à la fois enracinées et évolutives : les cuisses de grenouilles, fréquemment revisitées, le multicolore de homard au savagnin, le râble de lièvre dans une tourte marbrée de foie gras, ou la côte de veau de chez Trolliet sont des plats aussi admirables qu'intemporels. Desserts de grand style comme "l'idéal vonnassien" (sablé de gaudes masqué de cazette torréfié et chocolat au lait vanillé), cave immense pour prolonger le bonheur de convives entièrement immergés dans la félicité bressane de la maison Blanc.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
19 / 20

Le Pré Catelan

Bois de Boulogne, 75016 Paris 16

Cuisine d'auteur Français

Cette forme de rigueur, mais aussi de sérénité, d'épure menant à l'excellence serait-elle le fruit de la maturité ? Dans ce cas, le Frédéric Anton maturé après pas loin d'un quart de siècle dans les cuisines du Pré Catelan en représente-t-il une forme particulièrement aboutie et savoureuse. Pas une erreur, pas un défaut de cuisson, de texture ou même de température dans le travail d'une brigade parfaitement conduite par son second Mehdi Sgard. Et une vraie signature que ce travail que l'on peut à juste titre qualifier de robuchonien, tant il appartient, et c'est logique à cette démarche perfectionniste du Cuisinier du Siècle dont Fred Anton fut un des grands lieutenants. La très belle salle, à la fois classique, intemporelle et très confortable, prête à la détente au coeur du Bois. Pourtant, tout est tourné vers la haute gastronomie ; on vient pour passer un beau moment, mais en sachant que l'assiette est au centre du plaisir : dès l'aubergine en caviar en tarte renversée et son shot puissant d'olive de Kalamata, le risotto de perles du Japon coquillages et parmesan et bien sûr une version du crabe et caviar, plus la fameuse boîte, mais une rémoulade au curry, caviar et soupe au parfum de fenouil pour un résultat aussi bluffant. Classique la langoustine sous une feuille de ravioli façon lasagne foie gras et délicieuse gelée, étonnant et si pur, le saumon confit, fumé au bois de cerisier avec une crème wasabi. Au détour du repas, et pour les initiés, le chef place un ovni aussi fulgurant que le furent en leur temps ses os à moelle : cervelle d'agneau et caviar, une révélation où tout est dans le goût, une rencontre énorme, un waouh de format interstellaire. Le pigeonneau aux anchois fait une magnifique diversion, avant le pollen, la figue ou le chocolat d'un repas qui laisse de nombreux souvenirs et un enrichissement culturel notable. La cave est splendide, laissant toutes les possibilités d'accords, par ailleurs orientés par une sommellerie affûtée, le tout supervisé avec brio par l'excellent Thierry Pruvot, 40 ans de maison.

Sélectionné par Gault&Millau Selection
17.5 / 20

Le Chabichou

90 route des Chenus, 73120 Courchevel

Stéphane Buron, après ces deux saisons avortées, ne s'est pas démobilisé, bien au contraire. Nous le savons tous trop grand professionnel pour ne pas avoir au contraire peaufiné la nouvelle carte qu'il présentera aux fans du grand chalet blanc au début de l'hiver prochain. Pour notre part, et pour celle de nombreux de ses clients impatients, nous avons en bouche toutes ces beautés de l'an passé, cette gourmandise permanente qui font du Chabichou l'une des plus grandes tables des Alpes, associée à un service, non pas de palace réfrigérant, mais d'une grande maison façon auberge de luxe où chacun est considéré comme un ami auquel toute la famille a envie de faire plaisir. Produits nobles, poissons de lac ou marins, évocations savoyardes toujours présentes dans ce paysage magnifique à près de 2000 m d'altitude. Les toques évidemment conservées, en attendant avec une impatience grandissante de les retrouver encore plus belles.