Promis (Fermé)

4.0/5 1 avis

Site web
Voir les photos

Chef

Valérie Costa

Vous avez mangé chez Promis ? Partagez votre avis avec nous...

L'avis des gastronautes

4.0 / 5
Le voyageur-écrivain
posté le 30/12/2017 4.0 / 5

C’est par une de ces froides journées de fin décembre durant lesquelles le mistral, au hasard de ses errances glaciales, vous courbe l’échine, que nous nous sommes attablés en couple au restaurant « Promis » pour déjeuner. La conversation entamée avec le maître des lieux nous entraîne aussitôt vers les senteurs du marché créole de Port Victoria et les doux rivages de Mahé aux Seychelles, tandis que se déguste lentement l’œuf cuit deux heures à basse température, sur sa carbonara de champignons, comme une exquise gourmandise japonaise. Puis, le parfum suave de la citronnelle soulignant la seiche préparée en tagliatelles par la chef(fe), et ses coques fraîches, nous emporte irrésistiblement au-dessus des vertes contrées asiatiques continentales. Mais voici que le croquant du sésame torréfié nous dépose alors aux portes du marché de Tsukiji à Tokyo, où l’on devine, sur les sols ruisselants de l’eau glacée du petit matin, l’alignement des thons géants comme pour une dernière parade avant que de succomber définitivement. Le maître des lieux n’est point en reste : les arômes salés et la minéralité de l’Orto blanc qu’il nous propose nous plongent sans délai dans les effluves des puissantes respirations de la lagune de Venise, à bord du vaporetto n° 13 qui se hâte lentement à travers bancs de sable et brumes matinales vers l’île mystérieuse de San Erasmo : il y a urgence en effet à poser pied sur cette nouvelle terre de vignes où la passion éclairée de certains fait revivre les antiques cépages de la Malvoisie istrienne, du Vermentino et du Fiano. Merci donc à ces deux amoureux des terroirs du monde pour ce voyage immobile, par ces plats maîtrisés et cet accord mets-vin qui se jouent avec plaisance des méridiens, réchauffent les âmes et rougissent les joues lorsqu’il fait froid au-dehors (comme au festin de Babette – 1987 Karen Blixen/Gabriel Axel)… pour une addition finale tout-à-fait raisonnable./.

Promis