Manger

[Interview] Adrien Ferrand nous raconte « ses premières fois »

Le 14 juillet 2017, marquera le premier jour du reste de sa vie. Dotation Gault & Millau en poche, Adrien Ferrand vient d’ouvrir sa première adresse, Eels (Paris 10), en plein cœur de Paris, non loin des Grands Boulevards. L’occasion pour nous de faire le point sur ses autres « premières fois ». Alors succès ou fiasco ? A lui de nous dire ! (Texte : Clémence Rouyer)

G&M : Adrien Ferrand, te souviens-tu :

1. Du premier grand restaurant où tu as mangé ?

Adrien Ferrand : Le Jardin des Sens des Frères Pourcel, à Montpellier (Hérault). A l’époque, je devais avoir 11-12 ans et j’avais été complètement subjugué par les farandoles de mignardises : guimauves, macarons, tartelettes, j’étais aux anges !

 

G&M : De ton premier voyage en avion ?

A.F : Un voyage en Tunisie avec mes parents lorsque j’avais 2 ans, alors difficile de s’en souvenir ! (rires) Puis, j’ai eu la chance de partir plus tard à Punta Cana (République Dominicaine) au tout début de la vague. J’étais très content de prendre l’avion car, étant plus jeune, j’étais un vrai passionné d’aviation.

 


Anguille fumée/noisette/condiment réglisse

© Pauline Gouablin


G&M : De ta première recette à 4 mains avec papa ou maman ?

A.F : Un poulet mariné au soja, pamplemousse, mâche et sésame durant un séjour à l’Isle-de-Sorgue (Vaucluse) aux alentours de 13 ans.

 

G&M : De ton premier service en cuisine ?

A.F : C’était lors de mon stage d’observation en classe de troisième au restaurant Les Epis d’Or à Champagne-sur-Oise (Val d’Oise). A cette période, j’hésitais encore entre l’aviation et la cuisine. Ce n’est que plus tard, lors d’un dîner dans un restaurant japonais dans le 15ème arr. de Paris, non loin de Radio France que je me suis vraiment décidé.


G&M : De ton premier restaurant en amoureux 

A.F : Le Galopin du chef Romain Tischenko (Paris 10). J’avais dix-huit ans et c’était le premier vrai joli dîner que j’offrais à mon amoureuse. 

 


Le restaurant Eels est ouvert depuis le 14 juillet 2017 dans le 10ème arr. de la capitale

© Restaurant Eels

 

G&M : Du premier livre de chef que tu as acheté ou que l’on t’a dédicacé ? 

A.F : La Cuisine de la Mer de Jacques Le Divellec (Editions Robert Laffont, 1982). J’ai eu la chance qu’il me le dédicace lorsque je faisais mon stage chez lui, dans son restaurant à Paris. Si je possède les livres des chefs pour lesquels j’ai travaillé, je ne suis pas un adepte des livres de cuisine. Il m’arrive d’en feuilleter pour la pâtisserie mais très rarement pour la partie salée. Les marchés parisiens tels que Iena, Richard Lenoir, Bastille…m’inspirent davantage. 

 

G&M : De ton premier post sur Instagram ?

A.F : Une photo de moi en veste de cuisine sur la plage de Beauduc en Camargue. Un spot réputé pour le Kitesurf. Une manière de dire « bonjour Instagram » loin du cadre habituel auquel on pourrait s’attendre. 

 

G&M : De la première recette que tu as élaborée pour Eels ? 

A.F : L’anguille fumée, sauce vierge pomme-verte et échalote, sabayon beurre noisette, condiment réglisse et chapelure frite. C’est à partir de là que l’aventure Eels commence. 

 

 

RESTAURANT EELS
27 rue d’Hauteville

75010 Paris

Menu déjeuner 2 plats, 25 € - 3 plats, 29 €

Dîner Menu Découverte, 53 € - Accords mets & vins, 25 €