Villa Tri Men, la Bretagne au cœur

25/05/2021

Une maison de famille comme on les aime, en mode quatre étoiles ! Une escale de goût entre cuisine raffinée et farniente tellement mérité.

Hôtellerie & Art de Vivre

Publicité

Crédit: Yann Richard 

 

Un air de bout du monde

Ces derniers mois nous auront au moins appris cela : plus besoin de vol au long court pour donner rendez-vous au dépaysement. Le Finistère, qui porte si bien son nom, nous amène au bout du monde – au sens littéral du terme. Face à la station balnéaire de Bénodet, la silhouette joliment chic de cette ancienne maison d’amiral qu'est la villa Tri Men, invite les voyageurs à une escale au cœur de la Bretagne qu’on se plait tant (re)découvrir. Anne Le Morvan, directrice générale du lieu, accueille ses hôtes avec cette gentillesse et cette authenticité qui caractérisent sa région natale. Une adresse quatre étoiles idéale pour explorer les alentours, notamment l’archipel des Glénans, son jardin botanique et ses eaux cristallines qui n’ont rien à envier à l’océan indien.

 

 

Crédit: Yann Richard 

 

Crédit: Yann Richard 

 

Un séjour au fil de l’eau

A peine installé dans le salon à l’atmosphère chaleureuse, on se sent déjà chez soi. Comme suspendue au-dessus de l’eau, la villa, érigée en 1913, offre une vue imprenable sur l’Odet - charmant fleuve côtier constellé de voiliers qui nous rappellent que l’Atlantique est à deux pas. On se laisse aller en contemplant les reflets changeants de la lumière, bercé par cette musique du vent qui joue avec le mât des bateaux. L’esprit bord de mer se retrouve dans les seize chambres et les trois cottages - idéaux pour les escapades en famille, chacun avec sa terrasse privative à l’abri des pins. La décoration résolument contemporaine joue l’épure de tons tout en douceur, rehaussée de touches de couleurs aussi joyeuses que l’ambiance de cette maison de vacances. Ici, les habitués s’y donnent d’ailleurs rendez-vous d’une saison à l’autre... 

 

 

Crédit: Louise Garin 

 

A table !

Cocos de Paimpol, langoustines du Guilvinec, homards bleus des côtes alentours... On retrouve à la carte du restaurant étoilé et doublement toqué les trois rochers le meilleur de ce que la Bretagne à offrir. Le chef Frédéric Claquin se plaît à jouer avec ces produits de proximité une partition ultra-marine qui n’oublie pas de nous faire voyager en y ajoutant une pointe d’épices aux parfums d'ailleurs lointains. La sélection de vins s’accorde parfaitement à cette cuisine ouverte à tous ceux qui aiment les saveurs iodées. On s’installe le temps d’un apéritif sur la délicieuse terrasse avant de rejoindre la jolie salle à manger baignée de lumière, sous l’œil bienveillant d’un service toujours aux petits soins. Une expérience aussi harmonieuse que le cours de l’Odet qui semble converser silencieusement avec la Villa Tri Men et ses hôtes. Chut...

 

Crédit: Louise Garin

 

Villa Tri Men, 

Une adresse Les Collectionneurs

16 rue du Phare

29120 Sainte-Marine.

0298519494

https://www.trimen.fr

 

Crédit: Louise Garin

 

 

 

Discussion avec Anne le Morvan, femme de tête et directrice générale de la Villa Tri Men et de l’hôtel du Bac à Sainte-Marine. Après Londres, Paris, Marrakech, Nouméa et Tahiti, elle évoque son retour aux sources en Bretagne. Ici, elle a su insuffler l’esprit d’une maison de vacances autant que le sens du détail… 

 

Crédit: Simon Cohen

 

Vous avez travaillé dans de nombreux établissements de luxe à travers le monde. Qu’en retenez-vous ?

Anne Le Morvan : J’ai déjà eu la chance de beaucoup voyager grâce à mon métier ! De mon expérience de gouvernante au Connaught à Londres, au Prince de Galles à Paris, puis en Nouvelle-Calédonie, j’ai appris que le moindre détail mérite toute notre attention. Mon rôle de directrice d’hébergement à Tahiti m’a démontré, une fois encore, que le secret d’un séjour réussi pour le client réside dans les équipes et l’orchestration fluide de nombreux départements en coulisses (services d’étage, réception, lien avec la restauration.) A Marrakech, en tant que bras-droit de la propriétaire du Es Saadi, j’ai été au cœur de très jolis événements, comme lorsque nous recevions les participants du festival du film. Là aussi, créer la magie demande la plus grande rigueur… 

Et ce chapitre breton à la Villa Tri Men ? 

A L.M : Je suis originaire de Lannion et j’ai effectivement ressenti le besoin de rentrer à la maison. En 2011, j’avais déjà fait une première escale à l’hôtel l’Agapa de Perros-Guirec dont je suis devenue la directrice générale. Après quelques mois de missions à l’étranger, le coup de cœur a été immédiat en pénétrant dans le Parc de la Villa Tri Men en 2016. Cette simplicité, cette proximité -avec le client et les équipes- me parlent. Je n’ai pas hésité une seconde à prendre la direction de cet établissement dont j’apprécie l’esprit maison de famille. J’ai également souhaité aller encore plus loin en termes de qualité de service, de sens du détail, d’anticipation. Ici, nous avons à cœur de connaître nos clients, de repérer leurs habitudes, d’être toujours prévenants et de faire en sorte que chacun se sente chez soi.  Et puis le Finistère offre un tout autre visage de la Bretagne que les côtes d’Armor… C’est aussi très dépaysant !

 

D’ailleurs quelles activités conseillez-vous à vos hôtes dans les environs ?

A L.M : Il y a tellement à explorer ! Mes équipes et moi-même conseillons déjà des balades à pied ou à vélo, notamment celles sur le chemin côtier qui mène au charmant village de l’île Tudy. On leur rappelle d’ailleurs de mettre de la crème solaire avant de partir – car, oui le soleil tape en Bretagne ! On les aide également à construire au mieux leurs itinéraires de visite et à leur organiser les locations de bateau s’ils le souhaitent -un moyen idéal pour découvrir les Glénans, un petit paradis presque tropical ! Les plus sportifs ne peuvent pas manquer le mythiques spots de surf de la Torche. Et bien entendu, impossible séjourner ici sans découvrir les faïences et les broderies de Quimper, ni le village des peintres de Pont-Aven…

 

La gastronomie occupe une place importante à la Villa Tri Men, pouvez-vous nous en dire plus ?

A LM : Nous avons la chance d’avoir un restaurant étoilé et doublement toqué au Gault&Millau. Frédéric Claquin, notre chef, œuvre en cuisine depuis l’ouverture de l’hôtel en 2003. Il travaille avec des équipes fidèles – l’un de ses seconds l’accompagne depuis plus de vingt ans et l’autre a réalisé son apprentissage ici, avant de revenir quelques années après rejoindre à nouveau sa brigade. Ici, les équipes sont très soudées avec une très belle collaboration entre celles de la cuisine et celles de la salle. La carte joue aujourd’hui les ingrédients nobles de la région et de saison, agrémentés de condiments et d’épices du monde. Nous travaillons avec des fournisseurs de proximité qui privilégient une production raisonnée. Favoriser une approche éco-responsable reste en effet un engagement essentiel de l’hôtel. La proposition du chef est avant tout centrée sur la mer, même si vous pouvez retrouver bien-sûr quelques viandes à la carte – comme le pigeon des Monts d’Arrée ou l’agneau du Pouldon par exemple. 

 

Crédit: Yann Richard