The Peninsula Paris : portes ouvertes !

12/03/2021

Le palace parisien reprend son envol et rouvre ses portes. Embarquement pour un aller-retour de Paris à Hong-Kong, sans quitter la capitale…

Hôtellerie & Art de Vivre

Publicité

Savants métissages

 

En flânant depuis l’Etoile le long de l’avenue Kleber, une façade imposante de la fin du XIXème siècle attire l’œil. L’architecture typiquement parisienne s’est parée de détails intrigants : deux lions chinois veillent sur le bâtiment alors qu’une marquise graphique ajoute une touche contemporaine à l’édifice. Subtils indices distillés par l’enseigne hôtelière qui a investi les lieux : The Peninsula Paris. Et surtout, manifeste de l’expérience à venir, mêlant empreinte locale, inspirations asiatiques -en référence au vaisseau amiral de la Marque à Hong Kong- et technologie dernier cri. 

 

 

Entrée des artistes

 

L’entrée de l’hôtel, située avenue des Portugais est aussi discrète que le lobby se fait monumental. Ici, les larges volumes tellement Feng shui, invitent les pensées à vagabonder, en écho au doux ballet des équipes qui se réjouissent de vous accueillir à nouveau. Un lustre aussi léger qu’un nuage de feuilles d’arbres – en hommage aux platanes de l’avenue Kleber, semble flotter dans l’air parfumé aux douces effluves de la fragrance The Peninsula Paris. On s’imagine presque croiser les célèbres hôtes du passé- de Proust à Picasso sans oublier Diaghiliev- et on comprend pourquoi Gershwin s’y est installé à l’époque pour trouver l’inspiration d’un Américain à Paris

 

 

L’essence du bien-être

 

Arrivé dans sa chambre, on se précipite dans les baignoires XXL, contrôlant du bout des doigts la lumière, la balnéothérapie ou la musique depuis une tablette numérique – aussi disponible sur sa table de chevet, à côté d’un lit aussi doux qu’un nuage. Un luxe qui nous ferait presque oublier notre rendez-vous au spa de l’hôtel ! Un espace également ouvert à ceux qui ne séjournent pas dans l’établissement et qui vaut le détour. Immense piscine, cabines cocons et rituels inspirés par des techniques asiatiques et les dernières innovations cosmétiques offrent le plus beau des voyages, celui des sens. 

 

 

Douceur(s) de vivre

 

Le chef David Bizet sait nous surprendre malgré les contraintes. En attendant la réouverture de l’Oiseau Blanc, adresse gastronomique haut perchée avec sa vue sur tout Paris, on retrouve les plaisirs de sa cuisine en version room-service ou en livraison cinq étoiles à Paris et dans une sélection de communes limitrophes. On craque pour le raffinement du brunch et du menu à déguster chez soi. Pour les plus chanceux, le temps d’une nuit ou plus, le restaurant vient à soi, en chambre. Ultime délice…

 

 

Mauro Governato, l’hospitalité - avec supplément d’âme. 

 

Elégance italienne, français parfait et sens du détail puisant dans le meilleur de l’Europe de de l’Asie, Mauro Governato livre à Gault&Millau ses premières impressions quelques jours à peine après la réouverture de l’hôtel et partage sa vision de l’hospitalité version palace. Rencontre avec le Directeur Général de l'hôtel The Peninsula Paris.

 

 

G&M : Qu’est-ce qui vous rend heureux aujourd’hui, en rouvrant les portes de l’hôtel ?

 

M.G : Déjà, revoir les équipes, qui ont une grande motivation, en redécouvrant qu’être au service des clients est et reste leur passion. En éternel optimiste, je pense aussi qu’on s’oriente vers des jours meilleurs. Le vaccin aura un effet positif et ceux qui viennent à Paris pour rêver pourront retrouver la Ville Lumière.

 

G&M : Pensez-vous que les envies de voyage ont changé ?

 

M.G : Les palaces, les hôtels mythiques ont ce don de créer des liens et des moments très forts avec leurs clients. Je sais que nous leur manquons autant qu’ils nous manquent. L’envie de revenir à l’hôtel pour être chouchouté, découvrir de nouvelles recettes, ne changera pas. La beauté de faire plaisir à nos clients, le sens de l’anticipation propre à un palace, c’est immuable. Ce qui va changer, à court terme, c’est un protocole sanitaire à respecter qui limitera certaines actions et interactions, en attendant de pouvoir enlever le masque.

 

G&M : Quelles sont ces offres adaptées au contexte ?

 

M.G : Notre Rolls Royce vintage attend toujours les clients pour (re)découvrir Paris, de manière inattendue. Prendre soin de soi en ce moment, est plus que jamais essentiel. Nous avons la possibilité d’offrir une expérience spa unique, avec la plus grande piscine de palace de Paris et des soins signés Biologique Recherche – en exclusivité. Dans un autre registre, nous pouvons accueillir une clientèle d’affaires dans leur « bureau parisien » en offrant une chambre spécialement aménagée comme un espace de travail et d’inspiration - avec vue panoramique sur la tour Eiffel ou avec terrasse. 

 

G&M : Pouvez-vous évoquer d’autres innovations ?

 

M.G : Le groupe The Peninsula Hotels propose aujourd’hui d’oublier la contrainte de l’heure du check-in et du check-out, car le temps est un véritable luxe. Chaque client donne son tempo. Les retours sont enthousiastes de Paris à Chicago, de New York à Hong Kong. L’innovation technologique est aussi au cœur de la philosophie de notre enseigne, notamment la possibilité de contrôler l’ensemble des paramètres de la chambre depuis un écran de contrôle. Tout en gardant bien sûr un lien humain et bienveillant.

 

G&M : Comment réinventez-vous l’offre gastronomique en ce moment ?

 

M.G : David Bizet, notre chef exécutif, a énormément de talent. Sa cuisine est moderne, légère, raffinée. Elle respecte la tradition tout en s’adaptant avec les envies du moment. Nous avons développé une offre à emporter et en livraison à domicile lors les fêtes de fin d’année, qui se renouvelle aujourd’hui avec un menu pensé autour de Pâques. Le service en chambre s’est quant à lui métamorphosé en expérience culinaire à part entière, avec un menu en trois services, des plats-signatures de notre restaurant cantonais et une carte des vins élargie, pour se faire plaisir.

 

G&M : Dans les prochains mois, quels sont vos projets si le ciel s’éclaircit ?

 

M.G : Les restaurants, espaces de convivialité par nature, manquent beaucoup à nos clients. Dans la perspective de la belle saison, nous travaillons à rouvrir le rooftop en partenariat avec une très belle Maison de rosé de Provence. Des crus qui s’allieront avec une carte estivale spécialement conçue par David Bizet, tel un avant-goût de la cuisine de l’Oiseau Blanc. Avec un ultime souhait : pouvoir retrouver l’essence de l’hôtellerie de luxe, faite de relations humaines et de proximité, au plus vite !

 

 

 

The Peninsula Paris

https://www.peninsula.com/fr/paris/5-star-luxury-hotel-16th-arrondissement

19 Avenue Kléber

75116 Paris

01 58 12 28 88