BoireMonde

Swartland : le renouveau des vins d’Afrique du Sud

L’histoire viticole de l'Afrique du Sud remonte au milieu du 17ème siècle, principalement autour de la ville du Cap. Mais un renouveau se dessine… Par Laurent Vuillaume.

L

e vignoble d’Afrique du Sud est principalement planté autour de la ville de Cape Town (Le Cap en français), pour des raisons historiques. Pour résumer brièvement : les Anglais, les Hollandais et les Français qui, au XVVIIe siècle, prenaient la route des Indes, devaient se ravitailler régulièrement. Ils créèrent une colonie au Cap de Bonne-Espérance où ils plantèrent des vignes. Elles permirent d’approvisionner en vin les bateaux, partis pour de longs voyages rendant l’eau saumâtre qui devenait source de maladie.


Aujourd’hui encore les principaux domaines d’Afrique du Sud sont dans cette région du Cap. Les villages de Constantia, Stellenbosch, Paarl et Franschhoek sont plantés de cépages internationaux, travaillés dans de grandes wineries. Elles produisent l’essentiel des vins sud- africains dans un style assez technologique dans l’ensemble mais les choses semblent bouger... 100 km au nord, dans une région jadis clairement délaissée, se produit une petite révolution pour les vins sud-africains. Bienvenue au Swartland, littéralement « terres noires ».



Vraiment autrement…

Cette région du Swartland se situe aux portes de la zone désertique du nord du pays. Elle est de longue tradition viticole également, bien que plus récente que l’aire de production du Cap. Avant la fin de l’apartheid, les vignerons cultivaient les raisins sans grandes ambitions pour fournir les caves coopératives locales. Les vins étaient peu réputés et le prix des terres très bon marché. De nouveaux vignerons, attirés par les très vieilles vignes et leurs prix abordables en découvrirent leur potentiel possible la qualité potentielle des vins à faire dans cette région si on s’en donnait les moyens. 


Ainsi débuta la révolution du Swartland à l’image de celle vécue dans notre très prestigieuse Côte-Rôtie après guerre. Les vignes de coteaux (appelé ici bush vines), souvent vieilles de plus de 70 ans, ne sont pas irriguées et sont récoltées à la main. Les cépages internationaux n’ont pas remplacé les locaux implantés de longue date. Ici le Syrah ou shiraz, le mourvèdre, le carignan et le grenache noir pour les vins rouges et le chenin, grenache blanc, marsanne, roussanne, viognier, et clairette pour les blancs ont résisté aux planétaires cabernet-sauvignon, merlot, sauvignon et autres chardonnay. Les vins sont, pour la plupart, vinifiés sans levures ajoutées, sans procédés techniques innovants et sont élevés avec un maximum de 25% de fûts neufs. 

Tout l’inverse de ce que l’on trouve plus au sud.  Les vignerons ont remplacé les wineries : dans le Swartland, les vignerons font le vin et la taille des domaines reste raisonnable. On se croirait dans la Loire. Les rendements sont dans les mêmes proportions, très faibles, d' environ 12 hl/ha.



Une entente entre vignerons

Les principaux vignerons se sont regroupés spontanément et volontairement pour créer une forme de label ou plutôt ce qui pourrait ressembler à un cahier des charges de nos bonnes vieilles AOC. Ainsi l’usage des cépages, le mode d’élevage et la forme de la bouteille sont notamment inscrits dans cette charte volontairement co-signée. Il faut ici préciser que dans les vignobles du Cap, il y a moins de contraintes car seule l’aire d’appellation est mentionnée ainsi que le cépage. Une trentaine de vignerons ont ce label « Swartland indépendant » qui permet de garantir si ce n’est un style au moins une vraie authenticité de production.  


Un ambassadeur


Quand vous allez sur le site des indépendants du Swartland (www.swartlandindependent.co.za) et que vous souhaitez acheter des vins on ne vous propose qu’un contact unique : celui d’Anton Espost. Nous l’avons rencontré. 

Ce passionné de vin et de vieilles motos, lui-même producteur de vins « de garage » de la région, vous accueille dans son magasin, le seul entièrement dédié aux vins locaux. Tous les vignerons lui font confiance depuis le début de leur aventure et lui confient leurs vins. Il faut dire qu’Anton était là depuis le début de l’aventure en 2008, à un moment ou personne ne misait 1 round sur les vins de Adi Badenhorst, Chris Mullineux, ou Eben Sadie, vignerons précurseurs devenus emblématiques de cette révolution. 


Anton Espost, fédérateur, fait découvrir les différentes cuvées et organise pour les visiteurs professionnels et particuliers des dégustations et des « tastings ». Anton connaît tous les vignerons et tous les vins, il ne vous les décrit pas, il vous les dépeint. Il vous donne envie, vous raconte une anecdote et puis vous sert un autre nectar parce qu' « il faut absolument goûter ça aussi ». Passionné et généreux, Anton est plus qu’un caviste, c’est un ambassadeur pour les vins de la région. 

Et quel ambassadeur ! Professionnels du vin français, vous pouvez le contacter, il fera le lien avec les agents, les domaines… Un véritable fédérateur.

Au moment de vous saluer à la devanture de sa boutique au charme incontestable, The Wine Kollective Shop, Anton se met à vous raconter son dernier grand voyage dans un autre grand pays de vins : l’Argentine. Ses yeux s’éclairent quand il en parle et vous n’avez qu’une envie, celle de reprendre l’avion. Il doit bien y avoir un Anton quelque part en Argentine…


The Wine Kollective Shop, Short Street • Riebeek Kasteel

thewinekollective.co.za 

anton@thewinekollective.co.za 

Reportage : Laurent Vuillaume.


Quelques dégustations...


Babylon's Peak 2016 blanc

chenin blanc

Vin d’entrée de gamme pour ce 100% chenin à 2,5 euros à la vente prix public sur place (ce qui correspond à 7,5 euros en Europe compte tenu du pouvoir d'achat local). Le nez sur le fruit exotique témoigne d’une vinification à froid et d’un style facile et apéritif. La bouche est fine, légère et souple. La finale est très correcte mais peu longue. Un vin sans la complexité des meilleurs mais à ce prix là…

13,5/20


Swerwer by JC Wickens 2015 blanc

Chenin blanc

Un vin dans la « tradition » de vinification et d’élevage des indépendants de la région même si JC Wickens, en star de la vinification, réalise des vins dans d’autres régions. Superbe nez sur la pomme bien mûre et la cire d’abeille. Difficile à l’aveugle de ne pas aller vers les beaux terroirs de Savennières ou d’Anjou. La bouche est ample, généreuse et en même temps très cristalline. Seules la finale légèrement acidulée et une petite chaleur mais sans brûlure aucune témoignent d’un climat chaud à l’origine. Beau vin.

15,5/20



Hermit on the Hill 2014 blanc

CHenin blanc

Nez complexe de Chenin bien mur avec des notes de pommes blettes, et de cire d’abeille et de fruits jaunes. Ce vin se montre nettement plus fermentaire en bouche avec son élevage long, ses bâtonnages, et sa fermentation en barriques. Un style différent mais un vin réellement authentique et attachant.

15/20



Elementis Skin Shot 2015 orange

Chenin blanc

Très intéressant vin blanc issu d’une fermentation spéciale car vinifié comme un vin rouge: les peaux restent en contact avec le vin qui prend ainsi la couleur orange. Le nez est étonnant de puissance sur l’abricot sec, les arômes fermentaires et de petites touches d’agrumes. La bouche d’une densité naturelle légère avec une finale sur la peau de pamplemousse. L’ensemble est légèrement décalé entre l’aqueux de la bouche et la plénitude du nez. Joli vin quand même, belle expérience.

14,5/20



 

  Nativo 2014 blanc - The Hughes family wines

   Viognier majoritaire à 75 % 

   Avec un nez fruité sur les fruits jaunes, les notes lactées de yaourt à          l’abricot, le vin se montre généreux et complexe. La bouche est ample,    avec de beaux amers. 

   Très beau milieu de bouche surtout avec beaucoup de présence. Belle    longueur finale. Idéal avec de la cuisine asiatique.

     15,5/20


Mullineux 2014 blanc

Chenin blanc, clairette, viognier, grenache, sémillon

Issu de vieilles vignes ce blanc de la famille Mullineux clôture une autre vision des vins d’Afrique du Sud. Ce vin, issu d’une majorité de Chenin blanc complété de Clairette, de Viognier, de Grenache et de Sémilion présente une belle complexité. Encore fermé au nez, la bouche est véritablement pleine et entière. Belle finale également. Nous sommes ici bien loin des vins du nouveau monde tel qu’on se les représente à tort : variétaux et peu complexes. 

15,5/20



  Babylon's Peak SMG 2014 rouge 

   Syrah, mourvèdre, grenache

  Nez sur le cassis, les baies noires, la violette et le bonbon acidulé à la       violette. Bouche ample, belle longueur. Finale légèrement chaude et un   peu épicée. Un bel exemple de vin parfaitement réalisé et d’expression   facile mais complète de la syrah majoritaire sur des terres chaudes et       petits rendements.

  15/20


Lammershoek syrah Reserve 2015 rouge

Chenin blanc, clairette, viognier, grenache, sémillon

Typiquement Swartland : nez de syrah sur les fruits noirs et une pointe de chocolat. Le nez sans être fermé n’est pas explosif comme d’autres mais le coté épicé et violette est très fin, très complexe. En bouche le vin se montre généreux, ample avec des tanins fins et enveloppés. Très beau vin. 

16,5/20




 

  Nativo 2009 rouge 

   Syrah-Merlot

   Le nez s’ouvre sur des arômes secondaires des Syrah évoluées avec        un beau nez sur une violette fondue, finement bestiale. La bouche            perd un peu en finesse de tanins mais gagne en complexité avec l’âge.    Finale sur la cerise Burlat, longue et fine. Etonnant assemblage très          réussi.