Record battu à la vente des hospices de Nuits-Saint-Georges

12/03/2020

La 59ème édition qui s’est déroulée ce week-end a connu un formidable succès. Une pièce de Nuits-Saint-Georges Premier cru a battu un nouveau record à 24.000 €

Publicité

Les Hospices de Nuits-Saint-Georges, comme leurs voisins de Beaune, possèdent un domaine agrégé de longue date par le don de parcelles venant des familles de vignerons. Chaque année, la vente aux enchères des pièces de vins de Nuits-Saint-Georges contribuent au financement de l’hôpital.

 

L’année du record

 

24.000 euros, jamais dans l’histoire de la vente des Hospices de Nuits, une pièce ne s’était vendue aussi cher. Il s’agit d’une barrique de Nuits-Saint-Georges 1er cru « les Saint-Georges » considéré comme le meilleur des premiers crus de l’appellation. L’ensemble de la vente représente plus de 1,6 Millions d’euros au profit de l’institution, soit +9,5% par rapport à l’an passé, malgré une forte baisse du nombre de pièces à la vente, le millésime 2019 ayant été peu productif.

 

L’année du changement

 

Jusqu’ici menée à la bougie, la vente est depuis cette année sous le marteau de Maitre Cortot, commissaire priseur de Dijon accompagné de l’expertise de Aymeric de Clouet. Le nombre d’acheteurs progresse et la vente est désormais accessible sur internet en direct. Autre nouveauté notoire, les particuliers peuvent désormais acheter une ou plusieurs pièces.

 

La pièce de charité

 

Cette pièce de 1er cru « les Didiers », monopole du domaine des Hospices de Nuits, est vendue par souscription à la bouteille au profit de l’association France Alzheimer. Chacun peut souscrire pour une ou plusieurs bouteilles qui seront livrées l’année suivante. Elle a atteint cette année 42 242 €.

 

L’expérience d’un groupe d’amateurs éclairés

 

Était présent dans la salle un groupe d’amateurs, qui, entre copains, ont décidé de joindre le caritatif à l’agréable. Après avoir dégusté les vins le matin même de la vente, ils ont jeté leur dévolu sur une cuvée dont ils ont remporté l’enchère. Mais bien plus qu’acheter du vin, c’est pour eux une expérience humaine complète. « Nous avons gouté les vins, senti les différences, senti se dessiner les préférences de chacun aussi… Ensuite, nous avons décidé d’une stratégie ensemble, c’était génial. Et surtout nous avons rencontré le régisseur des hospices et le directeur de l’hôpital : donc on sait pourquoi ils travaillent chaque jour » et de conclure : « on se fait plaisir et on fait une bonne action : l’accord parfait! ». Ils se sont promis de revenir.

 

http://www.hopitaldenuits.fr/

https://www.cortotetassocies.fr/

http://www.de-clouet.com/