Qui l'eut crû?

25/12/2020

Idôlatrée en hiver, on dit qu’on ne peut la consommer que les mois en « r », mais en réalité, elle se déguste toute l’année, crue ou cuite. Et comme elle présente de nombreux avantages nutritionnels, il serait dommage de s’en priver !

Publicité

Des vertus aphrodisiaques

L’huître est très riche en protéines et pauvre en calories (70 kcal/100 g). Ses lipides sont peu nombreux et essentiellement des oméga 3, anti-cholestérol. Elle présente également une belle palette de minéraux et oligo-éléments : du phosphore, du fer, véritable anti-fatigue et antidépresseur naturel, du cuivre et du sélénium, deux antioxydants, du zinc, bénéfique pour le système immunitaire... Autre atout, sa bonne dose de vitamines B, et notamment de vitamine B12 essentielle au fonctionnement des cellules, à commencer par les cellules nerveuses. Et cerise sur le gâteau, ce mollusque exquis, léger et stimulant, serait doté de vertus aphrodisiaques ! 


Conseils de chef 

Choisissez l’huître vivante, donc intacte et bien fermée. Si elle est ouverte, frappez-la : elle doit se refermer. Ouvrez-la seulement 30 minutes avant la dégustation et jetez la première eau qui peut contenir du sable et des micro-algues vivantes. Elle fabriquera une seconde eau plus goûteuse. Dégustez-la crue nature, accompagnée ou chaude

 Elle s’accommode à toutes sortes de cuisson : à la vapeur, au four, au barbecue... mais pas plus de 3 ou 4 minutes. Ouverte et recouverte de son jus, elle se conserve quelques mois au congélateur. Sa texture sera modifiée mais elle se prêtera très bien à la cuisson.


et aussi, rencontre avec un ostréiculteur passionné.