Boire

Marcel Deiss, l'artiste de l'Altenberg de Bergheim

La viticulture n’est pas le musée habituellement proposé par l’historiographie dominante, avec un parcours fléché qui, de salle en salle, conduit d’un chef-d’œuvre l’autre. Elle obéit bien plutôt au modèle des cabinets de curiosités : une accumulation de gestes, d’essais, de pratiques bizarres ou pittoresques pour nos contemporains visant toujours l’obtention d’un vin de qualité, d’une harmonie de terroirs, d’une subtilité artistique.

Et si il est un défenseur de cette pensée libertaire, de cette multiplicité à l’œuvre, c’est bien Jean-Michel Deiss. Chantre de la biodiversité et ambassadeur infatigable de la complantation, l’alsacien au grand cœur et au verbe haut est devenu en quelques années l’une des références incontestables, et incontestées, des vins de terroirs, des vins alsaciens de haute-couture.

La famille Deiss est présente en terre alsacienne, plus précisément à Bergheim, depuis 1744. Travailler la vigne et produire du vin procède donc d’un certain atavisme. Après avoir entamé une carrière militaire à 18 ans, Marcel Deiss ressent en lui l’appel irrésistible de la terre et de sa région natale. Il revient en terre de Bergheim pour renouer avec ses racines et fonder le Domaine Marcel Deiss. Avec son fils André, il échafaude, parcelle après parcelle, un vaste domaine possédant un fort penchant pour les terroirs de qualité qui s’étend 

désormais sur près de 27 hectares.

De cette saga familiale, l’écriture contemporaine restera sans aucun doute dans les annales viticoles. L’arrivée de Jean-Michel Deiss au domaine marquera un tournant, une épiphanie. J’utilise à dessein ce terme biblique pour marquer la forte imprécation spirituelle et mystique d’un homme qui croit en la terre et au cosmos.

Passionné d’histoire en général et d’histoire alsacienne en particulier, Jean-Michel fouille, cherche, se documente pour trouver la genèse d’une sensation enfouie au plus profond de lui, une intuition personnelle comme léguée par des générations et des générations de viticulteurs, un peu à la mode bouddhiste, dans une incarnation familiale du savoir. Son ressenti, son sentiment est que le terroir est un tout, un ensemble vivant qui demande à s’exprimer selon des interprétations multiples. Alors que l’Alsace viticole offre une seule glose possible par l’élaboration d’un vin de cépage unique, Jean-Michel offre « à la vigne toutes les lettres de l’alphabet pour lui donner l’ambition d’écrire ses rêves ».

Ce nouveau contrat social suppose la fin du règne du mono-cépage et offre la diversité, la multiplicité, le voisinage, donc le partage, d’une même terre par divers cépages. Riesling, Pinot Gris, Gewurztraminer, tous seront plantés sur une même parcelle pour offrir une expression « plus subtile » du terroir. « Le vin moderne est constitué par le chaos. La bouche et le nez sont dissociés. Il me faut un chef d’orchestre pour lier l’ensemble et le terroir est mon chef d’orchestre ». Symphonie majeure d’une tradition ancestrale remise au goût du jour par un poète mystique, un rêveur libertaire en terre protestante…Tout un programme.

Les vins du Domaine Marcel Deiss possèdent le fond, la générosité et l’élégance des touchers de bouche propres aux très grands vins. Ils s’imposent souvent par des structures imposantes, une trame aromatique très complexe et une fraîcheur et un dynamisme inouïs. Ne nous mentons pas, ils sont parmi les plus grands vins blancs de la planète.

Avec sa barbe mi-blonde, mi-grise, ses yeux passionnés, brillants et scrutateurs, son verbiage spirituel et angélique, Jean-Michel Deiss est un homme d’une brillance intellectuelle majeure et d’un art de la communication assez rare chez un vigneron. Son omniprésence devra toutefois trouver un certain équilibre depuis l’arrivée de son fils Mathieu, d’une grande compétence et d’une approche moins communicante mais tout aussi militante. Cette aide filiale précieuse lui permet de parcourir les routes pour prêcher la bonne parole, discuter, converser, échanger, convaincre de nouveaux vignerons à l’art de la complantation (le mélange des cépages sur un même terroir). Son Université des Grands Vins, organe de prospection active, souhaite convaincre les vignerons et les amateurs à l’art de la dégustation, de la connaissance, de la découverte. Et très récemment, son diplôme de l’Université de Strasbourg concernant la dégustation géo-sensorielle, remise au goût du jour par Jacky Rigaux, sera une manière nouvelle de monter en chaire pour prêcher la bonne parole.

S’il n’avait pas été vigneron militant, sans doute aucun, Jean-Michel Deiss aurait été un jésuite évangélisateur. Alors oui, son discours peut paraître, parfois, un peu dogmatique mais en homme passionné il laisse une certaine part de subjectivité au fond de lui. Et pour les grincheux et les éternels insatisfaits, ses vins parlent pour lui : « ils me diront que je suis subjectif, je répondrai que je suis amoureux ! »


Altenberg de Bergheim :

C’est en 1983 que l’Altenberg de Bergheim, précédemment connu sous la dénomination « lieu-dit », est devenu Grand Cru. Il est situé au cœur de la faille géologique de Ribeauvillé qui mélange calcaires très durs du Jurassique et marnes du Lias. La pauvreté du sol rouge (car très ferrugineux) et l’exposition plein sud sont des facteurs de souffrance pour la vigne qui plonge ses racines en profondeur. De-ci, de-là, quelques affleurements de gypse donnent aux terres une atmosphère lunaire. Dans ce terroir, Jean-Michel a complanté tous les cépages alsaciens, y compris le très rare Chasselas rose. Les vins sont denses, structurés, toujours puissants mais conservent, grâce au terroir, la fraîcheur et l’acidité qui leur permettent d’être des références d’équilibre.


Domaine Marcel Deiss - Alsace Grand Cru Altenberg de Bergheim - 2010

Fumé, iodé, presque vanillé pour un nez ample avec de belles notes d'herbe et de foin. En bouche, une matière imposante, structure en place, bel équilibre. L'acidité est contrôlée, les sucres résiduels élégants et la finale longue et fraîche. Tout simplement superbe. - 17,5


Domaine Marcel Deiss - Alsace Grand Cru Altenberg de Bergheim - 2008

Dense et complexe, le nez offre des notes fumées, d'abricot, de fleurs blanches. Beaucoup de fraîcheur et de précision. En bouche, de l'ampleur et de la netteté avec une légère tendance à la volupté et à la suavité. Bel équilibre sucre/acide. Finale droite, tendue et minérale. - 17,5


Domaine Marcel Deiss - Alsace Grand Cru Altenberg de Bergheim - 2005

Des notes de mirabelle, d’anis avec de la fraîcheur et une trame aromatique fruitée très complexe. Rond et frais en bouche, le vin reste tendu et droit après aération. Superbe minéralité et finition précise. Bravo ! - 18


Domaine Marcel Deiss - Alsace Grand Cru Altenberg de Bergheim - 2000

Mirabelle, vanille, herbes coupées, très fruité pour un nez délicat et dynamique. En bouche, le vin impressionne par son ampleur, sa rondeur maintenue par une belle fraîcheur. Belle amertume de fin de bouche qui apporte une complexité supplémentaire. Superbe travail. - 18


Domaine Marcel Deiss - Alsace Grand Cru Altenberg de Bergheim - 1994

Encore très jeune, le nez est dynamique, vibrant avec des notes de mirabelle, de fleurs blanches et d’anis. La structure de bouche est ample, le toucher précis et délicat et le gras est parfaitement en place grâce à l'équilibre sucres/acides. Un vin époustouflant de sincérité. - 18