Le beauté au coeur, Calon Ségur

Renaitre de ses cendres, l'aventure Calon Ségur.


Il est des propriétés qui renaissent de leurs cendres une fois l'actionnariat modifié. Il faut dire qu'à Bordeaux, les montants pharaoniques du foncier n'incitent guère les jeunes générations à prendre la relève. Et quand elles acquiescent au désir de survie, l'État et les banques portent l'estocade.

Alors, les grands groupes, les mutuelles, les banques et autres compagnies d'assurances, sauvent un patrimoine qui, sans eux, partirait dans des mains étrangères.


Le beauté au coeur


C'est le cas du magnifique Château Calon Ségur. Mme Gasqueton mère, un personnage attachant mais peu débonnaire envers le visiteur, a laissé en héritage un domaine en état de marche, c'était sa fierté, mais dont les investissements couteux pour son rang n'avaient pas été réalisés.

À Calon Ségur, la noblesse est une longue histoire. Nicolas-Alexandre, marquis de Ségur avait dans son patrimoine Château Latour, Château Lafite, Château Mouton et Château Calon, auquel il ajoutera son nom. Et dans une sentence désormais connue, il affirmait «  je fais du vin à Latour et à Lafite, mais mon cœur est à Calon  » scellant à jamais l'emblématique cœur de Calon, qui devint Calon Ségur.


L'aventure Suravenir


En 2012, la page Gasqueton se tourne. La société Suravenir, filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa, acquiert les Châteaux Calon Ségur et Capbern Gasqueton. S'ensuit une série d'investissements importants, au chai, dans le vignoble, dans les chais d'élevage et dans la chartreuse pour redonner l'éclat nécessaire à ce grand de Saint-Estèphe et rénover l'outil de travail indispensable aux ambitions des nouveaux propriétaires.

Les résultats se font vite ressentir. L'équipe emmenée par Laurent Dufau, le directeur, fan de rugby, ne tarde pas à marquer un essai démonstratif, collectif diront les amateurs, avec Vincent Millet, le talentueux directeur technique, transfert de Château Margaux, à l'ouverture. Une ouverture sur le monde, avec des vins plus frais, plus précis, plus fruités qui apportent à Calon Ségur, ce french flair inimitable qui en fait l'une des références du Bordeaux contemporain.

Lissons la métaphore rugbystique et affirmons que le 2014 est un essai transformé et le 2016 un grand en devenir, encore dans le « centre de formation » dirigé par Vincent Millet. Mais cela, nous le verrons à l'issue des dégustations de la campagne des vins primeurs.


Calon Ségur – Saint-Estèphe – 2014

Des notes florales, pures et nettes, quelques touches de violette et d'iris. Une bouche enveloppante, serrée certes, mais tellement fine et juteuse. Une référence dans ce millésime qui voit Saint-Estèphe en général, et Calon Ségur en particulier, revenir au centre des débats. - 18


Le Marquis de Calon Ségur– Saint-Estèphe – 2014

Fruité, généreux, dynamique avec une bouche somptueuse de fermeté dans l'élégance. Rien ne dépasse. Un second vin capable de rivaliser avec de nombreux premiers vins. Aux alentours de 20 euros, c'est un excellent rapport qualité/prix au regard de certains vins de Bourgogne ou du Rhône. - 17+


Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 2005

Truffé, épicé, quelques notes de graphite aussi. Bouche droite, structurante, superbes tanins. Une austérité stéphanoise veloutée. Une référence. - 18


Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 1989

Prune, cuir, épices, très beau nez dans l'expression noble des grands terroirs. Bouche ronde, fraiche, structurée sur l'allonge. Aérien et subtil. - 18


Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 1970 (servi en magnum)

Cigare, fumé, beau tabac, bouche fraiche, aérienne, longue, une structure moyenne, mais un ensemble élégant. - 17