L'autre vision du porto

Il est mal traité, affublé d'une image désuète. Pourtant, le porto est un grand parmi les grands.

 - Mamie, veux-tu un petit porto en apéritif ?

 - Oh, pourquoi pas, avec un glaçon s'il te plait.


Qu'il est mal traité, dans notre pays, ce pauvre vin de Porto. Définitivement relégué comme apéritif de grand-mère, il est pourtant, un vin, un grand vin.

Les anglais le consomment l'après-midi, après un repas imposant, souvent dans un fauteuil club (les clichés, les clichés!) et peuvent être dithyrambiques à son sujet. Nous, français, sommes plutôt mutiques.

Et c'est dommage, car les vins de Porto rivalisent de générosité, d'intensité, de plaisir et sont parmi les plus mal connus. Alors pour pallier ce (léger) déficit, partons à la découverte d'une quinta (c'est le nom portugais pour domaine) emblématique. Iconique, oserais-je, et à triple titre.


La quinta do noval, l'autre pays du porto


Premièrement car elle produit l'un des portos les plus rares, les plus denses, les plus impressionnants qui puisse exister, le Nacional. Ensuite, car au delà d'une viticulture de premier ordre et de vins particulièrement bien réalisés, la Quinta Do Noval offre une palette bien pensée et intelligente au regard de la consommation internationale, souvent très hétérogène pour ce produit. Enfin, et l'argument à de quoi intriguer, c'est une propriété qui appartient à une société française, AXA.

Créée en 1715, Quinta Do Noval fut l'un des rares domaines à être fier de son vignoble. Liée à une famille d'armateurs portugais, décision fut prise, en 1973 de renommer la propriété en Quinta Do Noval-Vinhos, mettant en avant le vignoble de Noval. Une préférence rare à l'époque où les maisons de Porto privilégiaient la marque et achetaient à de très nombreux vignerons les raisins. Un peu l'ancien modèle champenois.

Situé à Pinhao, le domaine produit aujourd'hui près de 60% de ses besoins en raisins et achète le reste à des vignerons méticuleusement sélectionnés sur l'ensemble de la vallée du Douro. Au sein du vignoble, il existe un écrin de 2,5 hectares de vignes non greffées après l'attaque de phylloxera, une vigne franc de pied selon l'expression viticole : le Nacional. Vignoble magnifiquement situé sur les pentes abruptes de la vallée du Douro, il produit des portos très denses, très complexes, aptes à un très grand vieillissement. Seuls les millésimes de très grande qualité sont produits. 2001, par exemple, 2003 aussi puis 2011 pour le dernier en date. Posséder une bouteille de Nacional, c'est un peu entrer dans l'univers fermé et aristocratique, des grands vins.


Un nouveau souffle


En 1993, la société d'assurance AXA, par sa filiale AXA Millésimes, rachète cette propriété et lui redonne son lustre d'antan qui avait terni dans les années compliquées d'après-guerre. Le vignoble est restructuré, replanté avec des cépages nobles comme la Touriga Nacional, la Touriga Franca ou encore le Tinto Cao. Les terrasses ont été rénovées également pour permettre une viticulture de haute couture, une viticulture délicate puisqu'à certains endroits même un homme ne peut se tenir debout tellement la déclivité est importante.

En France, nous l'avons vu, le porto est considéré comme un vin de peu d'intérêt pour les amateurs. C'est une erreur incommensurable. Fort heureusement, et c'est tout l'intérêt de la Quinta Do Noval, il est possible d'entrer par petites doses dans cet univers complexe et joliment aristocratique, tendance sépia. Un petit coup de plumeau salvateur donné par Christian Seely, le directeur des domaines AXA Millésimes, qui a revu la gamme de cette célèbre maison en profondeur. Désormais, sans nuire à la qualité, les moments de consommation sont privilégiés, notamment pour les entrées de gamme.


Une consommation expérientielle


Le Noval Black, par exemple, est fait pour ceux qui veulent gouter au charme du porto festif. Un porto destiné à une consommation « plaisir », frappé, sans complexité aucune.

Puis le LBV (Late Bottled Vintage), parfaite médiane entre le Noval Black et un Vintage, est plus complexe mais toujours aussi frais et abordable pour un débutant avec un équilibre parfait, une grâce et une harmonie aussi, à condition de le laisser vieillir un peu. Et puis, au firmament, le Nacional. Le 2001, par exemple, produit à uniquement 250 caisses, c'est une bombe de puissance, un vin très rare qui justifie son prix très élevé.

Entre ces exemples, bien d'autres vins sont à la disposition de l'amateur mais choisir Quinta Do Noval, c'est choisir une marque, une valeur sure, l'assurance de réinventer notre image des vins de Porto.


Quinta Do Noval – Noval Black – Porto – NM

Griotte, figue, réglisse, datte pour un nez exubérant, frais, dynamique. Une bouche suave et juteuse, bel équilibre dans l'alcool et une gourmandise incroyable. - 15


Quinta Do Noval – LBV Unfiltered – 2011

Nez de cerise noire, mure. Frais, épicé pour un nez délicat et pur. Pulpeux, juteux, bel équilibre, les tanins marquent un peu. Porto élégant, fruité, gourmand. - 16,5


Quinta Do Noval – Vintage – 2014

Des arômes très purs de fruits noirs, de figue également. Beaucoup d'épices aussi. Intense, direct, franc, pas massif, toujours dans l'équilibre de l'alcool et du fruit. Un très beau moment. - 17


Quinta Do Noval – Nacional – 2011

Beaucoup de concentration dans les arômes, une complexité phénoménale qui nous emporte dans un autre univers. Epices nobles, datte, figue, cerise noire, fruits noirs, réglisse, un peu chocolat. Sauvage et poivré, aussi. Pur, net, frais en bouche avec un juteux et une sapidité très importante. Difficile à décrire, je me perds dans le verre malgré les petites notes d'herbe qui viennent resserrer l'ensemble en finale. - 18,5