Boire

Laurent Ponsot quitte le domaine familial

C'est avec un certain panache, il faut bien l'avouer, que Laurent Ponsot, l'emblématique figure et vinificateur talentueux du Domaine Ponsot, vient d'annoncer son retrait du domaine familial. Un retrait sous forme de départ, pour cet homme au caractère trempé qui a décidé de voguer vers de nouveaux cieux, en compagnie de son fils ainé Clément.

Un nouveau Défi

Bien que conservant ses parts dans le domaine (à ce jour 25% des parts avec ses 3 autres sœurs, dont l'une prendra les destinées du domaine), Laurent Ponsot réalise un acte courageux à près de 60 ans. Courageux, car créer une entité de commercialisation ex nihilo, c'est aujourd'hui un vrai défi. « Je veux que l'on arrête de croire que « négoce » est un gros mot » affirme-t-il à Gault&Millau. « Je vais accompagner les vignerons dans la culture de la vigne et ne pas me contenter d'être un simple acheteur de raisins ».

Ce négoce, bien fourni en grands crus de la Côte de Nuits grâce aux vignes que possède en propre Laurent Ponsot, commercialisera dès 2019, avec le millésime 2017, des vins des AOC Clos Saint-Denis, Chambertin, Griotte-Chambertin, Chambolle-Musigny Les Charmes, Chambolle-Musigny ou Gevrey-Chambertin pour les rouges et Montrachet, Corton-Charlemagne, Meursault Perrières, Meursault Genevrières, Meursault Charmes, Meursault Blagny, Meursault, Saint-Romain en blanc.


Négociant et écrivain

Il y a quelques années, Laurent Ponsot, a participé activement aux recherches et aux enquêtes menées contre Rudy Kurniawan, surnommé Docteur Conti, le plus célèbre des faussaires de vins tout d'abord en mettant fin à une vente aux enchères improbable du Clos de la Roche des années 1960 (le Clos de la Roche du Domaine Ponsot a été mis en bouteille la première fois en 1982) puis en accompagnant le FBI dans la traque du faussaire.

De cette histoire, Laurent Ponsot est actuellement en train d'écrire un livre, qui sera l'objet d'un film, affirmant « avoir déjà des demandes françaises et internationales ».