Manger

la Petite Laura

A la recherche du meilleur pour leurs clients, les chefs ont déniché des artisans, éleveurs, producteurs passionnés qui font des produits exceptionnels. David Bizet, Grand de demain 2018 (15/20 et 3 toques), révèle un talent tout à fait sûr à l’Orangerie (Hôtel George-V) à Paris, où il nous a ouvert son carnet d’adresses. Par FSM

© facebook La Petite Laura 

Une matinée de marchée bien remplie pour Emmanuelle


Emmanuelle Marie vient du milieu de la pêche. Fascinée par ce monde qu’elle ne veut quitter sous aucun prétexte, elle qui rêvait petite de partir en mer et dont le mari est pêcheur de homard, réalise une conversion professionnelle. Elle passe de l’immobilier à la distribution du poisson. Elle connaît ce petit monde comme sa poche : achète au cul du bateau, remplit son camion et livre elle-même les restaurateurs (qui constituent la majorité de ses clients). Un sacré circuit court. Une garantie « béton ». C’est le bouche-à-oreille qui a fonctionné, après un approvisionnement au George-V, c’est maintenant une petite trentaine de restaurateurs qui font appel à ses services. Pas de la label mais une grande fraîcheur garantie, des produits en provenance de petits bateaux achetés par celle qui sait qui ? comment ? et où ? 


© facebook La Petite Laura 


contact: c’est à Levalloit-Perret, une fois par semaine que les particuliers peuvent retrouver l'étal d'Emmanuelle. Les poissons et crustacés pêchés la veille débarquent sur les marchés de la région parisienne.