La Fête de la Gastronomie devient Goût de France

05/08/2018

Favoriser l'attractivité touristique des territoires et des villes par le biais d'évènements en rapport avec la gastronomie. Valoriser le patrimoine gastronomique, les traditions culinaires, les terroirs et le savoir-faire des hommes et des femmes passionnés par leur métier. Tel est le pari de la nouvelle édition. interview de Jean-Jacques Pinet, adjoint à la Commissaire Général de la Fête de la Gastronomie par FSM

Publicité

Gault&Millau: Comment présenteriez-vous l’évènement Goût de France? 

Jacques Pinet: La Fête de la gastronomie est un jeu de mots. Nous sommes à un moment charnière, le gouvernement cherche à consolider l’esprit du projet, pour que la fête continue. Le but est d’ouvrir la gastronomie au plus grand nombre, d’être plus populaire. Nous sommes au service des acteurs économiques, depuis le monde agricole, jusqu’aux arts de la table, en passant par les artisans… La marraine de l’événement est Fanny Rey ex-finaliste de Top Chef. 


G&M: Fête de la Gastronomie devient « Goût de France », 

pourquoi ce changement d’intitulé ? 

J.P.: Le changement d’intitulé vient d’une demande du président Emmanuel Macron, qui a mené une réflexion sur la gastronomie à l’échelle gouvernementale. Il officialise ainsi une opération qui s’articule autour de 2 axes. Le premier anciennement porté par Laurent Fabius et Alain Ducasse, a eu lieu le 21 mars pour le versant national, auquel s’est ajouté une grande opération sous la forme d’un forum international regroupant une centaine de chefs venus valoriser la gastronomie française à l’étranger. Le second, correspond à l’opération programmée en septembre.

G&M: Sur le site officiel, il est question de participer à l’attractivité touristique et à la valorisation du patrimoine, par le biais de cet événement. Le tourisme  « gastronomique » est-il considéré comme ayant un fort potentiel de développement ? 

J.P.: Il existe effectivement un potentiel de développement du tourisme gastronomique. Le gouvernement souhaite inciter les collectivités territoriales à développer une offre touristique dédiée à la gastronomie. La ville de Dôle en est un bel exemple avec « le week-end gourmand du Chat Perché, une opération qui regroupe 45 000 visiteurs dans une ville qui en compte 25 000. 


G&M: Sur le site officiel il est question d’évènement national et international ? Quels sont les pays impliqués dans l’événement ? 

J.P.: Il y a 200 événements à l’international, qui se déroulent à travers notamment l’Alliance Française au Canada, Etats-Unis, Mexique, Vénézuela… Mais ce n’est pas la priorité 


Comment s’opère la mise en valeur du territoire ?

J.P.: Le but est de revaloriser la gastronomie française sur le plan international, notamment vis-à-vis par exemple de l’Espagne et de sa cuisine qui a une certaine renommée. La volonté du gouvernement vise à faire de la cuisine française un exemple, pour la mettre en valeur à l’étranger, en mettant en avant un savoir-faire comme la pâtisserie ou la cuisine… à titre d’exemple un pâtissier japonais réputé pourrait mettre en valeur notre savoir-faire français. 


G&M: Comment les projets sont-ils sélectionnés ? 

J.P.: La base du travail se fait via internet. C’est sur notre site officiel du Ministère des finances que l’on propose aux porteurs de projets de s’inscrire et de présenter leurs idées. La validation intervient après aides éventuelles et divers échanges avec les intéressés. Si les conditions sont respectées, alors le projet est labellisé. Chaque événement est étudié individuellement, pour éviter qu’une grande enseigne n’intègre l’événement dans le but de valoriser sa marque. 


G&M: Dans le programme officiel, il est question de « … sensibiliser au choix des produits et à la diversité des terroirs français. » Y aura t-il une mise en avant des artisans déjà engagés? 

J.P.: Nous essayons de favoriser les circuits courts et les producteurs locaux, mais il n’y a pas à proprement parler de labels 


© Fête de la gastronomie 2017 : Eric Briffard et Alexandra Didier en plein préparatifs


G&M: Partout en France ? La couverture de l’ensemble des régions est-elle assurée ? 

J.P.: Essentiellement sont couverts le Nord, l’Ouest, l’Ile-de-France, Rhône-Alpes … la Corse en revanche pose problème en raison de la saisonnalité de l’évènement… les villes de Toulouse, Dijon, Clermont-Ferrand, Lille… Les grosses villes participent à des opérations localisées dans les quartiers, mais pas encore assez généralisées au sein des villes, les élus locaux ne s’impliquant pas forcément dans le projet. Ce sont le plus souvent les Offices de tourisme qui prennent le relais. 


G&M: Et Paris ? 

J.P.: Paris participe d’abord aux JO. Paris privilégie la fête du sport, les interventions au sein de la capitale ne seront donc pas d’une grande envergure. 


Des aides de l’État sont-elles prévues ? 

J.P.: L’état n’octroie ni subvention ni accompagnement, et ne dispose pas de budget pour cela. L’inscription est gratuite. La couverture de l’événement est assurée par le biais de partenariats signés avec la presse qui assure le relai. 


G&M: A qui s’adresse cette fête ? qui souhaitez-vous toucher ? 

Cette fête s’adresse à tous, qu’ils soient amateurs éclairés, gourmets, curieux… Il faut souligner qu’il y aura aussi des événements culturels, avec l’ouverture de musées qui vont exposer des « éléments » en rapport avec la gastronomie. 


G&M: Y a t’il des produits qui vont être mis en avant ? 

J.P.: Il n’y a pas de mise en avant particulière d’un produit. On travaille sur une approche sensorielle, d’ailleurs la thématique renvoie aux 5 sens. Chaque participant intègre une catégorie (voir en bas de page). L’équipe des organisateurs s’assure que les choix sont judicieux. 


G&M: Quels sont les projets les plus intéressants ? les plus fous ? 

les plus innovants ? 

J.P.: C’est un peu tôt pour le dire. A titre d’exemple, c’est la 4e édition du Chat Perché à Dôle  qui reste une belle réussite dans le genre. Le jumelage de la ville d’Orléans avec la Nouvelle Orléans permet à un chef… de la Nouvelle Orléans de présenter son travail dans un restaurant d’Orléans, il y a aussi le village international de la cuisine au quai Branly et diverses manifestations au Carreau du Temple… 


G&M: Editions précédentes en quelques chiffres ? 

J.P.: L’événement a bien évolué depuis la première journée en 2011 

En 2017, on a dénombré 11 707 événements, 300 000 participants et 3 000 000 de visiteurs. 


G&M: Qu’avez-vous apporté à ce projet ? 

J.P.: De la bonne humeur. Cela fait 6 ans que je travaille sur ce projet, et je partage la passion des gens qui font ce métier 


© Juliette Dupuy


Catégorie(s) de l'événement (3 max.) qui donneront un avant-goût des festivités

Type Banquet Pique-nique Dégustations Ateliers / 

Démonstrations Conférence / 

Cours Pour les enfants Festival / 

Evénements multiples Marché Menu Exposition / 

Projection / 

Spectacle Visite Antigaspi 

Secrets de produits 

Autre Domaine Autour du chocolat 

Autour des produits carnés 

Autour du poisson 

Autour du vin 

Autour des fruits et légumes 

Bio 

Sans allergènes


couverture © pixabay