Hôtel de Crillon : Bonjour Paris !

06/07/2021

Le palace parisien, ancienne résidence du duc de Crillon et des Polignac, invite avec brio le XXIème à demeure.

Publicité

Un parfum d’histoire...

Passés les sourires et les regards bienveillants des doormen à l’allure stylée, on est saisi par le contraste entre cette façade à la grandeur imperturbable et l’intimité des espaces intérieurs. Ici, pas d’immense lobby à traverser. On s’installe dans un salon aussi élégant que chaleureux - à l’image du service- où le réceptionniste ne semble attendre que vous. Une entrée en matière qui en dit long sur ce palace où flotte un parfum d’histoire, jamais intimidant, qui semble même vous inclure dans son sillage. C’est Louis XV en personne qui a choisi Jacques-Ange Gabriel pour ciseler cet ensemble architectural à la hauteur du Siècle des Lumières. Depuis, les balcons de l’hôtel particulier acquis par le duc de Crillon ont vu défiler les siècles autant que les grands événements qui les ont jalonnés. 

 

 

 

Entrée en matières 

Une première flânerie au rez-de-chaussée permet de se familiariser avec l’esprit des lieux. Pour rénover cette adresse mythique qui a rouvert en 2017, le palace a mandaté plusieurs talents ayant chacun investi une partie de l’hôtel - avec en fil rouge, l’ambition de révéler les structures de l’architecture XVIIIème tout en distillant un souffle contemporain et de (très) belles matières. Le bar des Ambassadeurs -qui rappelle la galerie des Glaces avec ses miroirs, marbres polychromes et lustres- résonne au rythme des shakers et d’une playlist électro chic. L’ambiance boudoir du Jardin d’hiver incite à la douceur d’un tea-time signé par le chef pâtissier de l’hôtel, Matthieu Carlin, à l’ombre des flamboyantes compositions florales. 

 

 

Saveurs de Palais 

Secrètement dérobée au détour d’une envolée de marches, la table gastronomique aux trois toques du palace -l’Ecrin- offre un bel aperçu de la cuisine de Boris Campanella, chef désigné

« Grand de Demain » par Gault&Millau dès le début de sa carrière.

La Brasserie d’Aumont, doublement toquée, joue quant à elle une partition casual chic typiquement parisienne, mettant à l’honneur de beaux produits. Après dîner, on se plaît à s’installer sous le plafond constellé du salon qui jouxte la cour d’honneur, où la carte des cognacs de collection aurait eu de quoi rendre jaloux le duc de Crillon.

 

Aux balcons !

La Tour Eiffel s’invite partout. Sur la mythique terrasse Marie-Antoinette qui domine la Concorde, au premier étage du bâtiment, transformée en bar à champagne et caviar. Sur le rooftop poétiquement nommé “Bonsoir Paris” en bonne compagnie d’un cocktail. Même depuis les chambres du sixième étage, et de leurs salles de bain avec terrasses - un luxe absolu à Paris. Pour les heureux résidents, aucun détail n’est laissé au hasard : les divins produits d’accueil sont signés par la très parisienne griffe Bully, le mini-bar se transforme en malle aux trésors et le lit, aussi aérien qu’une île flottante, invite à une nuit sans nuage. Quelle est belle, cette vie de Prince de Crillon ! 

 

 

Hôtel de Crillon, Rosewood 

10 place de la Concorde

75008 Paris 

01 44 71 15 00

https://www.rosewoodhotels.com/fr/hotel-de-crillon 

 

 

Rencontre avec Vincent Billiard, Directeur Général de l’Hôtel de Crillon, qui veille avec passion sur l’une des adresses les plus iconiques de Paris. 

 

 

Quelle est votre vision de l’hôtellerie de luxe ? 

 

Vincent Billiard : J’ai toujours voulu faire ce métier de passionnés. Un palace reste avant tout un lieu d’expérience et d’excellence, avec une attention accordée à chaque détail et à la personnalisation – un terme fondamental pour moi. Je me reconnais totalement dans la philosophie de notre groupe Rosewood, centrée autour d’une « hospitalité relationnelle. » Le relationnel avec les clients bien évidemment, en les accueillant, en étant présent pour eux, en connaissant leurs préférences pour leur faire plaisir. Le relationnel aussi avec les équipes. Je me suis rendu compte, au fur et à mesure de ma carrière, qu’il était essentiel pour un directeur général de créer un échange fondé sur la confiance, l’écoute et la proximité avec chaque collaborateur. Je suis tel un chef d’orchestre, je compte totalement sur eux en étant là pour que tous avancent dans le même sens. C’est cette harmonie qui permet de créer des souvenirs et du rêve, chaque jour, pour nos hôtes. 

 

 

Comment définir votre philosophie de service ?

 

V.B : J’ai le souvenir, lorsque j’étais enfant, de l’image intimidante des palaces. J’ai d’ailleurs encore des amis qui me font cette remarque, lorsque je leur propose de venir à l’hôtel. C’est pour cela que j’ai à cœur d’insuffler un service chaleureux et décontracté pour créer une atmosphère accueillante et décomplexée - on peut venir ici juste pour prendre un verre ou une glace, sur cette place magique. L’Hôtel de Crillon est un lieu de vie. Nous souhaitons également que nos hôtes se sentent comme dans un hôtel particulier. Cette influence résidentielle se retrouve d’ailleurs au cœur de la philosophie du groupe Rosewood, tout en cultivant cette « âme du lieu ». Nous sommes à Paris et nulle part ailleurs, avec ce chic français décliné dans chaque élément d’une décoration qui fait appel au meilleur de l’artisanat. 

 

 

Les attentes et habitudes de vos clients ont-elles évoluées après cette période agitée ?

 

V.B : Il y a eu différentes étapes au cours de cette crise inédite. Lors de la première réouverture, nous avons ressenti une certaine prudence de la part de nos clients, avec une attente centrale : la sureté et la sécurité. Ce sont des dimensions qui restent toujours importantes à leurs yeux, comme aux nôtres, mais nos clients ont également soif de nouveauté, ils souhaitent retrouver leurs repères tout en étant surpris, avec simplicité et légèreté. Ils restent toujours aussi exigeants -le service se doit d’être impeccable- tout en appréciant une atmosphère plus informelle. Ils sont heureux de se retrouver et de nous retrouver.

Nos habitués nous témoignent d’ailleurs tous les jours ce bonheur de revenir et de revoir les équipes.

 



 

 

Pouvez-vous partagez vos dernières nouveautés en termes d’offre de restauration ?

 

V.B : Nous avons une chance unique : celle d’avoir de magnifiques terrasses qui donnent directement sur la place de la Concorde. Nous avons décidé de poursuivre l’aventure de « Bonsoir Paris » en rooftop. Le concept a connu un immense succès l’an dernier et affiche complet à nouveau tous les soirs. C’est un lieu pensé pour les Parisiens, avec une vue incroyable sur la ville. On y sert cocktails et tartines, dans un esprit festif et accessible. Depuis ce printemps, nous proposons une offre plus confidentielle sur la terrasse Marie-Antoinette, qui domine la place de Concorde. C’est une expérience assez magique puisque l’on y accède en traversant les salons historiques de l’hôtel. Nous y avons développé une carte autour du caviar et champagne. Enfin, le chef pâtissier Matthieu Carlin nous fait découvrir ses glaces maison servies dans une cabane face à l’hôtel. Des créations à déguster sur les transats installés sur la terrasse du rez-de-chaussée, transformée en plage - clin d’œil au Rosewood Le Guanahani qui ouvrira à Saint-Barth en fin d’année. Un décor entre Deauville et les Caraïbes en plein Paris !

 

 

Crédits Photo : Reto Guntli