Fêtes des pères : l’occasion champagne

13/06/2021

La question revient chaque année comme un marronnier : qu’offrir pour la fête des pères ? La revue des classiques : cravate, whisky, perceuse-ponceuse multitâches, boutons de manchettes... déjà fait ! Voici notre recommandation.

Publicité

Après cette période de confinement, on serait tenté d'offrir des expériences : un week-end de deux jours pour apprendre à faire du pain, le stage de conduite sur glace ou même le survol de la Loire en ballon… mais peut-être pas. 


Cette année, faites simple, élégant, distingué et festif à la fois : rien de mieux qu’un beau magnum de champagne. Un conseil : offrez-le frais, on ne se sait jamais… si papa a envie de l’ouvrir !


L’an passé pour le Guide Champagnes, nous avons dégusté nombre de champagnes à la fois en bouteille et en magnum pour mieux en chroniquer la différence. Le match a tourné court : presque tous les vins sont meilleurs en magnum. Alors préférez 150 cl !

 

Notre sélection : 

 

Magnum Laurent Perrier : La Cuvée 


 

 


Cette cuvée remplace peu à peu le Brut de la gamme. La proportion de chardonnay a été augmentée et la finesse est recherchée. Les notes florales dominent le nez et on retrouve cette fraîcheur en bouche avec un vin droit, qui ne manque pas de fruit et préserve la netteté du raisin. À ouvrir en toute bonne occasion.

Environ 75 euros.

 

Magnum Henriot : blanc de blancs





Belle race à l’ouverture, avec des arômes de fruits frais juteux, des notes levurées racées, le tout avec une belle élégance. En bouche, le vin scintille avec une largeur nette sans aucune lourdeur. Épanoui, le vin de ce magnum est, comme toujours, très beau mais il semble plus large, plus ouvert, plus aérien et éthéré qu’en bouteille.

Environ 80 euros.


Magnum Thiénot : brut



 

 

Dotée d’une belle effervescence, cette cuvée offre un nez particulièrement gourmand aux arômes beurrés et fruités — notamment la mangue fraîche — et de légers arômes de café. La bouche est franche, nette et d’une belle vivacité. La finale se pare d’une once de citron vert et d’une délicieuse salinité. S’accorderait bien à un pata negra.

Environ 55 euros.


Magnum Roederer : Brut Premier



 

 

Superbe nez sur le raisin frais, la rhubarbe, la crème brûlée et les fruits secs en effluves. La bouche est tout à la fois gourmande, fraîche et aérienne, résultat de la magie de l’assemblage. Un champagne particulièrement distingué. En magnum, le vin se montre plus aéré, plus éthéré, plus épanoui avec une finale plus sur l’amer que l’acidité. Peut-être un cran encore au-dessus en termes d’élégance qu’en bouteille.

Environ 90 euros.


Magnum De Sousa : UMAMI 2009


 



Superbe. Le nez est à la fois sur des arômes de fruits jaunes avec une dominante de mirabelles parfaitement mûres et sur des notes d’emblée iodées/salées avec une concentration idoine. En bouche, le vin se montre typique de cette cuvée, le côté umami est magnifique en milieu de bouche, puis s’allonge. Grandiose. En magnum la couleur est un rien plus claire, le vin se révèle au nez moins concentré, mais inversement en bouche : le magnum se montre plus en présence, plus en puissance avec un umami moins présent. Quelques semaines seulement séparent les deux dégorgements et pourtant : les deux vins sont vraiment différents. Les comparer est une vraie expérience de fêtes des pères.

320 euros le magnum.

 

Magnum Tarlant : cuvée Zéro




Très beau flacon et très beau vin pour ce Magnum. Paré d’une robe dorée, il livre des notes olfactives qui nous font voyager : épices douces, notes réglissées et fruits à chair jaune. Sa bouche est d’une fraîcheur remarquable, agrémentée d’une touche de pain grillé et d’une finale iodée. À proposer avec un vieux parmesan. Avantage net pour ce format sur la bouteille.

Environ 90 euros.

 

Magnum JM Sélèque : cuvée Solessence


 

 

Très beau Magnum. Ici, nous sommes sur la récolte 2015, grand millésime qui nous offre une robe dorée et un nez aux notes de cédrats, pêches, amandes et citron vert. La bouche, animée d’une bulle riche et crémeuse, livre des notes de pomelo et granny smith, et une longue finale saline. À garder en cave si on sait attendre.

environ 75 euros


Magnum Agrapart : Cuvée Minéral 2014


 


Avec une superbe couleur claire et translucide, ce champagne présente une belle mousse et une bulle persistante. Dès le nez, on est dans le minéral avec ce côté droit, pur, tout orienté vers la destination craie, mais enrobé d'un joli grillé extrêmement fin et discret. La bouche est à l’avenant en présentant un volume naturel et une tension juste et persistante. Là encore, nous conseillons d’attendre ce champagne ou de l’ouvrir aujourd’hui avec des plats qui feront vibrer cette minéralité saline, comme des huîtres Belon ou des couteaux sautés aux salicornes. Préférez le magnum que nous avions comparé à la bouteille dans le millésime 2010 et qui se révélait un cran au dessus.

Environ 200 euros.

 

Laurent Vuillaume - dégustateur, coordinateur des dégustations des champagnes

 

Tous ces champagnes sont sur le site Plus de Bulles.