Boire

Château Clément-Pichon passe au bio.

On le sait, la cohabitation est parfois houleuse entre les habitants et les vignerons. Les premiers, obligés de trouver des terres plus abordables, quittent les villes et s’installent à la campagne. Les seconds voient arriver ces nouveaux arrivants avec toute la circonspection qui sied au monde paysan. Le dialogue s’avère alors des plus compliqués.

Mais il est des attitudes qui donnent de l’espoir. Ainsi, le Château Clément-Pichon, propriété du groupe de BTP Fayat, a annoncé mercredi vouloir « accélérer » sa conversion en agriculture biologique pour apaiser les tensions autour de la construction d’un collège à proximité, à Parempuyre (Gironde), comme l’affirme l’Agence France Presse, om parents et associations s’étaient opposés au projet face aux risques liés aux pesticides. 

« Ce sujet de convertir le domaine en bio est une question que l’on se pose depuis un bon moment au vu de la situation géographique de la propriété. Château Clément-Pichon est au cœur d’une ville qui s’étend avec beaucoup de riverains autour », a expliqué à l’AFP Gwendeline Lucas, directrice des vignobles Fayat. « Le projet de construction du collège nous a un petit peu précipité dans nos actions et notre décision », a-t-elle ajouté selon une dépêche AFP

En effet, la commune de Parempuyre souhaite construire un collège sur un terrain jouxtant les vignobles Clément-Pichon. Pour répondre à cela, le Château Clément-Pichon, d’une superficie de 25 hectares et produisant des vins en appellation Haut-Médoc, annonce vouloir commencer sa conversion à la culture biologique sur une parcelle de cinq hectares à proximité des habitations et du futur collège. Selon l’AFP, le groupe Fayat se réserve toutefois la possibilité d’attaquer en justice la mairie sur l’utilisation du terrain. Ce dernier fut cédé en 1991 par la famille Fayat à condition qu’il soit préservé comme espace vert et boisé.